Dialogue, transparence et culture municipale

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Tous les propriétaires de la résidence « Saintry Plaisance » ont eu la surprise de découvrir dans le bulletin municipal n°8 du « Saintryen », que l’accès à la fouille LOURY se ferait par leur résidence.

Surpris par cette information totalement inattendue , le conseil syndical de cette copropriété a envoyé un courrier via son syndic à Mme le Maire pour lui demander un entretien et exprimer l’inquiétude des propriétaires sur le problème de la servitude de passage qui relève d’un caractère privé et non public – Pour alerter sur les conséquences pour la voirie et les infrastructures d’un trafic important de véhicules et de piétons, et pour la publication d’un tel article dans le bulletin municipal sans concertation préalable avec les principaux intéressés.

La réponse de la mairie est à la hauteur du mépris dont elle fait preuve à l’égard des résidents, et pour le moins affabulatrice pour ne pas dire plus.

En effet, elle affirme avoir consulté des riverains – Si tel est le cas : lesquels ? – Le premier adjoint Machiré GASSAMA ? Ce dernier habitant de la résidence et présent à la dernière Assemblée Générale, n’a pas évoqué cette solution lorsque la question de la fouille LOURY fut abordée.

En toute logique, la première des consultations aurait dû être le Conseil syndical élu et représentant l’ensemble des propriétaires de la résidence « Saintry Plaisance » regroupé dans le cadre d’une AFUL, et le plus élémentaire des bons sens auraient voulu qu’un dialogue s’établisse entre la mairie et ce conseil syndical.

Et bien NON !

La mairie aurait-elle oublié ce qu’est une AFUL et que chacun des membres est propriétaire et par conséquent citoyen à part entière de cette commune?

Elle prétend qu’il y aura une barrière à l’entrée de la fouille LOURY pour assurer un passage limité de véhicule, mais elle n’a pas tenu compte des dommages collatéraux que cette solution va engendrer : l’intrusion de véhicules dans la résidence qui faute de pouvoir rentrer dans la fouille se garerons un peu n’importe où, pour poursuivre à pied, alors que le nombre de voitures dans la résidence est déjà en surnombre par rapport aux places de stationnement disponibles.

Encore une fois, contrairement à ce que Madame le maire prétendait au cours de sa campagne électorale, aucun dialogue, aucune transparence, mais en revanche une culture municipale du fait accompli et de la vision à court terme.

 

Soyez le premier à commenter sur "Dialogue, transparence et culture municipale"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*