L’imprudence d’une trop grande assurance, c’est l’ignorance de son incompétence !

(Serge Zeller / Citation d’internaute)

Dans notre article du 24 septembre, sous le titre : « Le petit théâtre des ombres chinoises », nous avons évoqué le projet de délibération que Mme la Maire a présenté et fait voter, visant à s’opposer au transfert de la compétence du plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de Saintry-sur-Seine à l’EPCI du Grand Paris Sud Seine-Sénart-Essonne.

Pour obtenir ce vote, Mme le Maire a déclaré aux élus, que cette compétence PLU (urbanisme) n’étant pas encore acquise par l’intercommunalité, appartenait à la commune de Saintry-sur-Seine, et que, conformément à l’article 136 de la loi du 24 mars 2014, nous pouvions nous opposer à son transfert dès lors que 25% des communes représentant au moins 20% de la population s’y opposent.

Oui mais voilà !…

Comme le prouve la délibération du SAN de Sénart en Essonne, qui approuve la modification du PLU de Saintry-sur-Seine, la compétence de l’urbanisme est bien au SAN de Sénart en Essonne.     

Délibération du SAN relative à la modification n°2 du PLU de Saintry-sur-Seinepdf-47199_960_720[1]

 Mme le Maire ne pouvant l’ignorer est : 

Soit menteuse lorsqu’elle prétend que la compétence urbanisme appartient à la commune de Saintry-sur-Seine ;

Soit frappé d’amnésie sévère ayant oublié qu’elle avait exercé dans le mandat précédent (2008 – 2014) sous l’étiquette du Parti Radical de Gauche, les fonctions de vice-présidente déléguée à l’urbanisme du SAN de Sénart en Essonne, et ayant présidé à ce titre les travaux de modification du PLU de Saintry-sur-Seine, avant de la faire voter par le SAN de Sénart en Essonne le 12 décembre 2012 ;

Soit d’une rare incompétence ne sachant pas qui fait quoi.  

Nous nous garderons bien de porter un jugement, préférant vous laissez chers lecteurs choisir entre ces trois possibilités, l’une n’étant pas exclusive de l’autre. 

EPCI : Etablissement Public de Coopération Intercommunale