Le canard est toujours vivant !

Le 7 mai dernier, nous avions consacré exclusivement  notre publication à M. Machiré Gassama dans un article dont le titre « Annus horribilis » n’avait pas été choisi au hasard puisqu’il évoquait, en ce qui le concerne, une année de procès perdus, ainsi qu’un année à venir de déboires judiciaires  en cascade, risquant de mettre à mal une possible réintégration de ce dernier à la direction du service jeunesse et sports de la mairie de Corbeil-Essonnes ou une éventuelle embauche dans une autre collectivité. En effet, son licenciement avait été prononcé lors d’un conseil de discipline par le Tribunal Administratif de Versailles le 2 avril 2021, décision immédiatement contestée par l’avocat de M. Machiré Gassama qui nous annonçait la couleur en affirmant que le « personnage sulfureux de l’ère Dassault » (titre du journal Le Parisien) n’avait pas encore été condamné définitivement (Là est toute le subtilité de la procédure judiciaire en France).

Une stratégie à peine voilée : Faire appel pour retarder les jugements définitifs à venir et maintenir à bout de bras un casier judiciaire vierge (nécessaire à un emploi dans la fonction publique).

Selon cette stratégie, notre « personnage sulfureux de l’ère Dassault » ne manquera pas de faire appel dans les affaires suivantes :

  1. Violences contre le DGS de la mairie de Corbeil-Essonnes, procès perdu le 24 octobre 2019 ;                                                                                                                    
  2. Achats de votes et financement illégal de campagne électorale, procès perdu le 17 décembre 2020 ;                                                                                              
  3. Diffamation contre M. González et M. Broz relatif à des SMS envoyés aux membres du conseil municipal de Corbeil-Essonnes ainsi qu’à M. Broz, procès perdu le 13 avril 2021.

Voulant retarder encore plus l’échéance des procès en appel, M. Gassama ne trouva rien de mieux que de changer d’avocat  à la veille du procès en appel pour diffamation (point n° 3).

C’est ainsi que M. González le découvrit lorsque le nouvel avocat de M. Gassama, ne manquant pas de culot, demanda copie des pièces du dossier à… l’avocat de M. González.

Démarche particulièrement inhabituelle car, selon les règles en vigueur, cette demande de pièces aurait dû être faite auprès du précédent avocat de M. Gassama. Nous en avons déduit que la ville de Saintry-sur-Seine ne payait plus l’avocat de M. Gassama, s’étant rendue compte que M. Gassama avait abusé de sa protection fonctionnelle, puisqu’il n’en avait pas pour cette affaire.

L’individu susnommé espérait pouvoir reporter de 6 mois, en mars 2022, l’audience de fixation du procès. Espoirs déçus le 6 octobre dernier car M. González et le tribunal pour qui le nom de M. Gassama n’était pas étranger, ne sont pas tombés dans le panneau des manœuvres procédurales de la défense et ont fixé l’audience au fond au 9 décembre 2021. Ce qui devrait nous donner un jugement définitif à la fin de l’hiver.

DURA LEX  SED LEX !

20 Commentaires sur "Le canard est toujours vivant !"

  1. Comme l’on dit souvent dans ces cas-là, cherchez donc à qui profite le crime !

    • Qui dit 60 logements dit une centaine de voitures avec des stationnements anarchiques. Le bordel !
      Il faut faire quelque chose pour stopper ce massacre.

      • Il faut attendre mars 2026 et les prochaines élections municipales ou le résultat de la plainte pour financement illégal de sa campagne électorale. Ah, si les Saintryens avaient été moins cons l’année dernière !

        • Et pourtant, à regarder les résultats des élections d’un peu plus près, à peine un habitant sur huit à voté pour Rauscher. Alors, il ferait mieux d’arrêter de ramener sa fraise en permanence et rester modeste. Quand on le voit, ça paraît mission impossible !

  2. Au 124 grande rue Charles de Gaulle, c’ A dire à côté de tabac, ils vont abattre les arbres et la maison Savary. Rauscher a déclaré qu’ils respecteront le PLU. J’en doute!
    60 logements à cet endroit c’est de la folie douce.

    • Ce n’est pas de la folie douce mais plutôt de la démence ou de la sélénité précoce. Un tel projet n’a pu germer que dans le cerveau d’un aliéné mental. 60 logements, cela représente 150 voitures. Où va-t-on les garer ? Dans la Grande rue ? 🤣🤣🤣 Sous l’immeuble en construction ? 🤣🤣🤣🤣🤣 Le réseau des eaux usées est-il suffisamment dimensionné pour accepter les eaux usées de pas loin de 200 habitants de plus ? … Je ne pense pas que Rauscher soit si con que ça ! C’est donc qu’il a une autre motivation que celle d’emmerder ses administrés avec d’énormes bouchons … peut-être une motivation sonnante et trébuchante ?

  3. Cher Poutine, ce serait un comble si Rauscher transformait la devise de Saintry en « Fluctuat nec mergitur », laissant le navire de Saintry errer sans but à la merci de promoteurs « indélicats » …

  4. C’est sans doute pour cela, qu’en toute illégalité, la mairie refuse de communiquer le dossier du permis de construire. Les agents menacent même les gens qui viennent demander à le consulter. C’est de plus en plus le régime de la Terreur dans cette commune.

    • Ce que vous dites est très grave. Il faudrait signaler ces faits au Préfet et à la Procureure. Et si ça ne suffit pas, monter aux ministères de l’intérieur et de la justice. Vous pouvez aussi faire constater les faits par un huissier. Il est urgent de mettre ce maire et son équipe hors d’état de nuire.

      • Lecanarddéchaîné | 30 octobre 2021 à 10 h 36 min | Répondre

        Quand on s’intéresse de près aux opérateurs du projet, on tombe sur des corbeil-essonnois bien connus pour avoir beaucoup oeuvré sous l’ère Dassault. Bizarre, bizarre !

        • À vous lire, cela me laisse supposer que la Seine n’est pas la seule liquidité qui coule à Saintry. Comme le dit le proverbe : « Les petits ruisseaux font les grandes rivières » !

  5. LesinformésdeSaintryinfo | 28 octobre 2021 à 16 h 52 min | Répondre

    Il se murmure en mairie que le permis de construire de 60 logements et 2 commerces du 124-128 Grande rue est illégal. Ce serait d’ailleurs pour cela que RoRo aurait fait démissionner la directrice de l’urbanisme (À vérifier). Quand on voit les parties prenantes au dossier, il est certain que de très gros intérêts sont en jeu … Affaire à suivre !

  6. Au dernier conseil, RoRo était tout sucre, tout miel. À croire que Saintry info est devenu son directeur de conscience et qu’il ne veut plus être celui qu’il est. Attention l’opposition, ne tombez pas dans le panneau !

    • Oui tout doux pour mieux faire passer des projets de construction inadmissible !
      Celui des 60 logements à côté du tabac est scandaleux !

  7. Cela ne m’étonne pas de la part de ce Monsieur Gassama. La fuite en avant et ne pas assumer ses responsabilités !

    • Oui mais tout le monde semble avoir oublié que pendant 6 ans (2014-2020), Ventalon, Denece, Vignas, Pelouin, Pin … étaient les meilleurs amis de Gassama (futur repris de justice), avant d’être, depuis le 28 juin 2020, les meilleurs amis de Rauscher. De là à penser qu’ils y ont trouvé leurs comptes et, qu’en cloportes qu’ils sont, ils y trouvent toujours leurs comptes.
      Un véritable audit nous aurait permis de savoir quels étaient ces comptes. Oui mais voilà, Rauscher ne voulant pas que l’on découvre ses magouilles électorales, tant avec les DENALON qu’avec les gauchistes réfractaires devenus bobos que sont Herschkorn et Soulier. 🤣🤣🤣🤣🤣

  8. Trop drôle. Vous auriez pu intituler votre article « Aux innocents les mains pleines ». Cette stratégie que vous décrivez c’est du grand Gassama.

    • Voilà une expression qui s’applique parfaitement, aussi, à notre brave maire. D’ailleurs, à y regarder de plus près, il y a beaucoup de similitudes entre Gassama et Rauscher, leurs attitudes hautaines, leurs façons d’aboyer les ordres, leurs mépris de leurs opposants, leurs amours immodérées de la flatterie, leurs décisions à l’emporte-pièce, leurs facilités à dépenser l’argent des autres … Attention RoRo, tu es sur la mauvaise pente savonneuse et tu risques beaucoup de finir comme Gassama. Si c’est ce que tu veux, continue comme ça !

  9. Dans votre dessin, il manque la tripotée de gosses qu’il a, derrière lui

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*